Connexion
Inscription
Connexion
Inscription

RSE dans l’immobilier : greenwashing ou nécessité ?

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) envahit aujourd’hui toutes les strates de notre économie. Quitte parfois à tomber dans le biais du greenwashing. Pourtant, il s’agit d’une tendance de fond où l’immobilier joue un rôle non négligeable avec de nombreux projets résolument orientés développement durable. Des projets qui résonnent auprès de nombreux investisseurs à la recherche de sens. Analyse.

Qui n’a jamais entendu parlé de RSE habite sans doute sur Mars tellement on l’entend à toutes les sauces. La Responsabilité Sociétale des Entreprises concerne tout le monde puisqu'il s’agit, avant tout, d’une démarche volontaire des entreprises pour agir sur des leviers humains, sociaux et environnementaux. La commission européenne la définit comme “l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes”. Dans quel but ? Faire mieux, s’engager concrètement dans la préservation de nos ressources et le bien-être des collaborateurs. L’immobilier, l’hôtellerie-restauration, l’industrie, l’administration, les services… tout le monde est concerné. Selon une étude Deloitte (2018), 70 % des entreprises sont conscientes qu’elles doivent devenir sociétales mais seules 30 % d’entre elles ont mis en œuvre de réelles actions.

L'immobilier plus que jamais concerné

"Il y a une responsabilité qui incombe aujourd’hui à l’immobilier, et plus globalement au secteur du bâtiment. 40 % des émissions de gaz à effet de serre viennent de cette activité, qui génère 37 % des consommations d’énergie et 40 % des déchets produits aujourd’hui" rappelle Philippe Girard, le créateur des Trophées RSE Paca et cofondateur du Lab RSE Innov. D’où l’essor du concept d’Investissement Socialement Responsable (ISR), une démarche qui consiste à intégrer des critères extra-financiers c'est-à-dire concernant l’environnement, les questions sociales, éthiques et la gouvernance dans les décisions de placements et la gestion de portefeuilles. Plusieurs organismes de notation capables d’évaluer des sociétés immobilières cotées sur d'autres critères que la finance ont ainsi vu le jour. CDP, DJSI, FTSE4Good, Ethifinance-Gaïa, GRESB, MSCI, Sustainalytics, etc. Les acronymes et noms sont nombreux mais l’approche reste unique avec un sigle comme dénominateur commun : ESG.

Qu'est-ce que l'ESG ?

ESG signifie Environnement, Social-Sociétal et Gouvernance. Il s’agit de trois axes d’analyse scrupuleusement étudiés par les organismes de notation pré-cités (à l’exception du Carbon Disclosure Project (CDP) qui propose aux entreprises de répondre à trois typologies d’enquête sur le carbone, l’eau ou la forêt). Définis par la communauté financière, les critères d’analyse extra-financière ESG permettent d’évaluer l’exercice de la responsabilité des entreprises vis-à-vis de l’environnement et de leurs parties prenantes.

Projets labellisés ESG, green bonds, etc.

Nul doute que de plus en plus de projets immobiliers seront labellisés ESG. 59 % des Français se disent intéressés par l’immobilier vert*. Fundimmo a d’ailleurs lancé sa première collecte de ce type en octobre avec Continental Foncier, partenaire historique de Fundimmo. La finance verte enregistre une belle croissance depuis la toute première opération initiée par la Banque Mondiale en 2008. Concrètement, au travers d’obligations “vertes” appelées “Green Bonds”, les entreprises du secteur privé ou public émettent, auprès des investisseurs, une dette permettant de financer un projet dédié au développement durable. Par la suite, elles se doivent de délivrer un rapport annuel sur l’évolution des projets verts financés (en sus de leurs obligations légales en matière d'informations financières pour les épargnants). En 2015, ce marché représentait 45 milliards d'euros ; il est aujourd’hui estimé à plus de 160 milliards. Autre percée : les fonds d’investissement socialement responsable (ISR). En 2011, il existe plus de 300 fonds d'ISR dans le monde. Tous les signaux sont donc au vert pour une transformation du secteur immobilier !

*Source : Étude Opinion Way pour Fundimmo et Atland Voisin, juin 2021

Retour sur le blog

Articles similaires

Réseaux intelligents Smartgrids : qu’est-ce que c’est ?

Environnement, écologie et énergie sont aujourd’hui au cœur des débats et la clé de voûte de la...

Crise des matières premières : quels impacts pour les promoteurs ?

Entre difficultés d’approvisionnement, hausse des prix et pénurie, la filière des matières...

Investir quand on est jeune, c’est plus que possible !

Les jeunes ne s’illustrent pas comme des champions de l’investissement. En cause ? Le manque de...